« Je me sens coupée de mon corps »
« Je ne ressens rien »
« Je n’ai pas de désir »
« J’ai mal durant les rapports »

Ce sont les confessions que les femmes me font au détour d’une conversation, dans mon bureau ou en stage. Je connais bien ces plaintes et les chagrins qui vont avec, pour les avoir connus et les accompagner depuis plus de 7 ans.

Les raisons, aussi nombreuses que variées sont propres à chaque histoire et il convient de les entendre et d’honorer chacune dans son vécu.

Force est de constater que nos rythmes et nos façons de vivre soutiennent trop rarement l’expansion de notre féminin, de notre nature érotique et de notre capacité à ressentir.

Etre coincée dans le perpétuel cycle du « Faire » est commun. Notre sur-activité mentale (Stress, travail, responsabilité, utilisation excessive de nos ordinateurs et téléphones…) dirige toute notre énergie dans le haut de notre corps. Il en va souvent de même pour votre vie sexuelle, qui est plus souvent dans notre tête que dans notre ressenti et corps, sans parler de la pornographie qui favorise cette sur-stimulation mentale. Pendant que nous sommes occupés à « Faire », peu d’attention est portée à « sentir ». Ce fonctionnement bien souvent quotidien, renforce par sa répétition le sentiment de déconnexion de notre corps et cultive la désensibilisation. A mesure que nous nous « désincarnons », nos capacités à ressentir du désir, et à accéder au plaisir se fanent ainsi que notre douceur et notre créativité.

Il ne tient qu’à nous de soigner la connexion à notre corps et de chérir cette merveille qui nous porte dans le monde et nous permet de faire l’expérience du plaisir.

Voici quelques suggestions de pratiques dévotionnelles pour cultiver la reconnexion à votre féminin 

Savoir éteindre son téléphone et son ordinateur et s’arrêter. 
Ne pas être joignable à tous moments du jour et de la nuit est un grand pas. Offrez-vous une pause chaque jour de 10 à 20 min en silence. Fermez les yeux et respirez pendant quelques instants avec l’intention de revenir à vous. Focalisez sur le fait de plonger dans la présence à votre ressenti et à vous même.Touchez-vous
Explorez votre corps et votre peau avec le plus de douceur possible. Privilégiez la simplicité et la lenteur.  Autorisez vos mains à explorer votre visage, vos oreilles, votre cou, comme si vous les découvriez pour la première fois. Accordez plus de temps aux parties qui se languissent d’avoir de l’attention. Observez ce que chacune d’elles souhaitent vous dire. Soyez curieuse…Mettez en place des actes de plaisir quotidiens 
Faites une liste de ce qui vous donne du plaisir dans la vie au sens large (manger un carreau de chocolat, danser, parler à une amie…)
Chaque jour, comme un petit rituel, répétez un de ces actes en savourant le plaisir qu’il vous donne.

Ecrire une lettre d’amour à son corps, ou à une partie de son corps
Il est difficile de ressentir du plaisir là ou on ne s’aime pas. Ecrire une lettre d’amour à son corps ou à une partie de son corps, ne va pas changer notre relation à eux, mais peut nous permettre de nous adoucir et d’amorcer le chemin de réconciliation vers l’amour de soi.

 Image : Amy Judd http://www.hicksgallery.co.uk/artist/amy-judd/
Maeva Poornima